Je cherche :


Top images    
Contact Ajouter aux favoris Imprimer Géo-localisation Voir les commentaires
    Sommaire     »  France  »  Languedoc Roussillon  »  Saint Andre

57 photos de

Lieux Disponibles :
  »  Liste des photos
  »  Autres images Languedoc Roussillon
    (57 photos)
Catégories disponibles Saint Andre
Linteau de marbre, présentant la même structure que celui de Saint-Génis. tympan décoré d?une croix de Saint André, portant le chrisme en son centre, frise en dents d'engrenage et en arcs plein cintre / France, Languedoc Roussillon, Saint Andre


France, Languedoc Roussillon, Saint Andre

Musée transfrontalier d'Art Roman / France, Languedoc Roussillon, Saint Andre


France, Languedoc Roussillon, Saint Andre

Banc de pierre / France, Languedoc Roussillon, Saint Andre


France, Languedoc Roussillon, Saint Andre

Banc de pierre / France, Languedoc Roussillon, Saint Andre


France, Languedoc Roussillon, Saint Andre

Blason de 1682 / France, Languedoc Roussillon, Saint Andre


France, Languedoc Roussillon, Saint Andre

Facade de l'église pré-romane Saint André / France, Languedoc Roussillon, Saint Andre


France, Languedoc Roussillon, Saint Andre

Simiot sur la facade de l'église / France, Languedoc Roussillon, Saint Andre


France, Languedoc Roussillon, Saint Andre

Simiot sur la facade / France, Languedoc Roussillon, Saint Andre


France, Languedoc Roussillon, Saint Andre

Page suivante
1 2 3 4 5 6 7 8 >
Bâtie aux environs de l'an 800, détruite par les invasions successives, elle a été reconstruite et consacrée le 16 Novembre 1121 la douzième année du règne de Louis VI, roi de France et sous le Pontificat du pape Calixe

Le plan forme une croix latine terminée à l'est par trois absides.La maçonnerie de gros galets de rivière caractéristique de l’époque pré-romane, disposés en arrête de poisson, avec un abondant mortier de chaux; aux angles, de gros blocs taillés

Linteau en marbre blanc au-dessus du portail du XI° siècle, pièce majeure de l’art roman, présentant la même structure que celui de Saint-Génis : au centre, le Christ bénissant, dans une mandorle, avec l'Alpha et l'Oméga. La mandorle est portée par deux anges. De chaque côté, sous des arcades à colonnettes, un séraphin à six ailes et deux apôtres, l'ensemble entouré de rinceaux.Le linteau est surmonté d'un tympan décoré d’une croix de Saint André, portant le chrisme en son centre et se terminant par une frise en dents d’engrenage et en arcs plein cintre.

Toujours sur la même façade, on remarque une belle fenêtre appareillée en marbre sur trois côtés, avec un décor de rinceaux et, à la base, une frise comportant quatre médaillons séparés les uns des autres par des séraphins : les médaillons de chaque extrémité représentent le lion et le taureau, symboles des évangélistes Marc et Luc, ceux du centre montrent des têtes d'anges sonnant du cor (ou de la trompette). À noter que les médaillons des autres évangélistes (l'homme et l'aigle) se trouvent au sommet de l'encadrement. Au-dessus de la fenêtre, se trouve un décor d'arcs aveugles et de lésènes faisant toute la largeur de la façade (le même décor, de façon plus modeste, est reproduit à l'est, au-dessus de l'abside). Autre élément étonnant de la façade : deux sculptures de créatures monstrueuses (sans doute des simiots) dont l'une semble manger un serpent et l'autre tenir un agneau.

À l'intérieur, table d'autel en marbre gravé à son pourtour (XIe siècle),
deux monuments d'origine romaine : un autel dédié à Mercure et une stèle (cippe) portant le nom de l'empereur Gordien.
Autre pièce, dont on ne sait trop comment elle est arrivée là : une dalle funéraire arabe du XIe siècle gravée de versets du Coran : connue dans les pays islamiques sous le nom de MQABRIYA. Inscription de fragments de la soixantième sourate , versets 1, 4 et 5, ornementation végétaux, rangs perlés.
Deux éléments de fresques, représentant tous deux une crucifixion, ont été mis à jour.
À noter enfin un bénitier dont la cuve paraît dater du Xe, voire du IXe siècle.

Menu Photographier
© Photos-depot.com - 2005-2022